Si vous nourrissez des chats

DÉFINITION DU CHAT ERRANT

La notion de divagation des chats ou chat errant est définie par le législateur (article L. 211-23 du Code rural et de la pêche maritime) : « Est considéré comme en état de divagation tout chat non identifié trouvé à plus de 200 mètres des habitations ou tout chat trouvé à plus de 1000 mètres du domicile de son maître et qui n’est pas sous la surveillance immédiate de celui-ci, ainsi que tout chat dont le propriétaire n’est pas connu et qui est saisi sur la voie publique ou sur la propriété d’autrui ».
Ainsi, la règle du Code civil rend le propriétaire du chat responsable de celui-ci.
Rappel des obligations des propriétaires : Le propriétaire ne doit pas laisser son animal errer sans surveillance hors de sa propriété : il est responsable des dégâts qu’il pourrait causer. Sa responsabilité civile ainsi que pénale peut être engagée. En outre, tout chat de plus de  7 mois, né après le 1er janvier 2012, doit être identifié.
Cas particulier de « chats libres » : Pour limiter les populations de chats errants, le maire peut décider d’une campagne de capture, à son initiative ou à la demande d’une association de protection des animaux.
L’objectif est d’effectuer la capture de chats non identifiés, sans propriétaire, vivant en groupe dans des lieux publics de la commune, afin de faire procéder à leur stérilisation et à leur identification, préalablement à leur relâcher dans ces mêmes lieux. L’identification est réalisée au nom de la commune ou de l’association.

AIDER UN CHAT ERRANT

Tout le monde peut aider un chat errant! Oui, même vous! Vous n’avez même pas besoin d’avoir un chat errant dans votre voisinage pour commencer à agir aujourd’hui.
Les chats errants sont des chats domestiques nés dans de mauvaises conditions. A un moment donné, quelque part dans leur lignée, un humain irresponsable a permis à un chat domestique de se reproduire et les descendants ont fini abandonnés sans personne pour en prendre soin.
Les chatons de ce chat sont nés et ont été élevés avec peu, voire pas, de contact positif avec les humains. Le résultat? Les chatons ont grandi en ayant peur des gens et sont devenus sauvages.

UN COMBAT DE TOUS LES JOURS

La vie d’un chat errant est un combat continu pour la survie. Sans humain pour lui donner l’amour et les soins dont chaque animal domestique a besoin, les chats errants ont des vies courtes et généralement tristes.
Durant cette courte durée, étant des reproducteurs prolifiques, ces félins peuvent mettre au monde plus de chatons errants, dont certains survivront pour se reproduire à leur tour. Et ainsi le cycle continue.
Les chats errants sont timides en présence des gens. Ils restent souvent loin des étrangers.
Un chat errant est autant domestique que votre propre chat. Il peut  devenir sociable si on lui donne assez de soin, de patience et de temps.
Mais ce n’est pas toujours la bonne solution pour tous les chats errants. S’occuper de ces chats dans leur milieu naturel, leur fournissant refuge, nourriture et soins médicaux, est souvent le meilleur moyen d’agir.

COMMENT AIDER UN CHAT ERRANT ?

Vous n’avez pas vraiment besoin de prendre soin à temps complet d’une colonie sauvage pour aider. Il y a de petites choses que vous pouvez faire pour les chats errants dans votre voisinage qui les aideront à survivre. Cela est possible même si vous n’avez pas une grande expérience pour prendre soin des animaux sauvages.
En fait, si la détresse des chats errants vous pèse sur la conscience (et elle devrait!) il y a des moyens d’aider de façon indirecte aussi.

AIDEZ À CRÉER UNE ATMOSPHÈRE POSITIVE POUR LES COLONIES DE CHATS ERRANTS DANS VOTRE VOISINAGE

Une colonie de chats errants qui n’est pas supervisée par un soignant responsable peut effectivement être une nuisance et affecter négativement la qualité de vie des gens.

Les sons des chats qui hurlent, l’odeur de l’urine quand ils marquent leur territoire, et la vue insupportable de chats malades et blessés peuvent devenir de vrais problèmes et pousser les habitants à rejeter la présence des chats et à agir en vue de les enlever du voisinage.

Il y a une meilleure solution à ces problèmes et c’est de stériliser les chats dans le voisinage. Les chats stérilisés sont plus calmes, ne marquent pas le territoire en utilisant l’urine et sont généralement en meilleure santé.

ACTION LOCALE POUR LES AIDER

FOURNIR DE L’EAU FRAÎCHE.

Surtout pendant les mois chauds de l’été, les chats errants pourraient avoir besoin de votre aide pour avoir accès à l’eau. Fournissez l’eau dans de grands bols. Placez-les de façon discrète, afin d’éviter les conflits potentiels avec les voisins ou les propriétaires des entreprises locales.

FOURNIR UN REFUGE RÉCHAUFFÉ.

Durant les mois froids de l’hiver, surtout dans les climats très froids, avoir une boite isolée pour s’y réfugier peut faire la différence entre la vie et la mort.

ORGANISER UNE OPÉRATION TNR(PSR) LOCALE.

En anglais, TNR signifie trap-neuter-return (Piéger-stériliser-relâcher). C’est le seul moyen humain de contrôler une colonie de chats errants.
Comme le nom l’indique, cela implique d’attraper chaque chat pour le castrer ou le stériliser. Il pourra ensuite retourner dans son propre territoire. L’opération TNR(PSR) présente beaucoup de bénéfices, et en son absence, des générations entières de chatons périraient dans chaque colonie.

ADHÉRER À UNE ORGANISATION LOCALE

Plusieurs villes ont de telles organisations et elles sont toujours à la recherche de nouveaux volontaires.
Les benevoles peuvent aider avec les opérations PSR :

  • la sociabilisation des chatons sauvages,
  • supervision des colonies de chats,
  • ou simplement l’aide dans les tâches administratives.

Il y a toujours quelque chose à faire!
Cherchez simplement le nom de votre ville ou pays avec les mots “chats errants” ou « chats libres »sur Google et vous aurez des résultats.

DONNEZ DE L’ARGENT À UNE ASSOCIATION QUI AIDE LES CHATS ERRANTS.

Si les chats n’ont pas de protecteur, vous pouvez demander à la mairie et aux associations si elles accepteraient de vous aider pour les faire stériliser.
Les associations peuvent vous aider de différentes manières :

  • Piéger à votre place,
  • vous prêter un matériel de piège et vous expliquer comment procéder (certains vétérinaires ont ce type de matériel et acceptent de le prêter),
  • vous faire bénéficier de leurs tarifs préférentiels chez leur vétérinaire partenaire pour les opérations et les soins,
  • vous offrir quelques bons de stérilisation (vous pouvez également demander aux grandes fondations de vous offrir des bons de stérilisation (Fondation Brigitte Bardot, Fondation 30 millions d’amis, Assistance aux animaux, etc.) qui vous permettront de stériliser gratuitement,
  • prendre en charge dans leurs locaux les chats pour la période postopératoire,
  • vous prêter des cages qui vous permettront de les garder pour la période postopératoire, etc…

C’est très variable selon les associations, leur capacité d’intervention et d’accueil ainsi que leurs moyens financiers.
En effet, n’oubliez jamais que le budget des associations n’est pas illimité, que la grande majorité d’entre elles vit de dons et n’a aucune subvention. Il serait généreux, si vous en avez les moyens, de participer financièrement à l’opération.

Si vous n’êtes pas prêt à vous lancer dans ce parcours du combattant, n’agissez pas du tout ou bien contentez-vous de signaler la présence de ces chats errants à la mairie et aux associations de votre région.

AIDEZ UN SOIGNANT LOCAL DE CHATS ERRANTS.

Connaissez-vous dans votre voisinages quelqu’un qui s’occupe des animaux sauvages?
Se mettre en relation avec un soignant expérimenté peut vous aider à apprendre comment prendre soin des chats sauvages. Bien sûr, vous pouvez l’aider avec les colonies existantes.
Rappelez-vous, les soignants des chats sauvages sont des personnes qui ont peut-être déjà eu de mauvaises expériences avec les étrangers en ce qui concerne leurs chats.
Ils ne voudront peut-être pas de votre aide. Vous pourrez avoir besoin de temps pour construire une relation solide avec un individu avec une telle mentalité.
Prenant en compte le peu de ressources avec lesquelles ils travaillent, il y a une grande chance que votre offre de les aider financièrement ou autrement serait la bienvenue. Mais ne vous découragez pas si l’un d’eux préfère travailler en solo !

NE DONNEZ PAS À MANGER À UN CHAT SAUVAGE NON STÉRILISÉ.

Pourquoi nous vous demandons de refuser de la nourriture à des chats dans le besoin?
Nous avons gardé la nourriture pour la fin. C’est parce qu’avec la nourriture vient une grande responsabilité.
Si vous nourrissez les chats, ils continueront à revenir chez vous et vous encouragerez une explosion de leur nombre. Il peut être très difficile de résister à l’envie de nourrir un chat qui vous fait les yeux doux, mais si vous n’avez pas l’intention de nourrir et d’abriter le chat pour toujours, ce n’est pas dans l’intérêt de l’animal.
D’abord, les chats apprendront vite à compter sur la nourriture que vous leur donnez et perdront l’accès aux autres sources de nourriture. Vous ne devriez pas commencer à nourrir les chats errants à moins d’être prêt à assumer cette responsabilité sur le long-terme. Plus important, nourrir signifie plus de chatons qui survivront chaque année.
Ça a l’air bien, non? Ça l’est surement pour les chatons, mais ça veut aussi dire faire face à beaucoup trop de chats à nourrir très rapidement. Deux chats peuvent devenir 25 en un an. Est-ce que vous pouvez nourrir et prendre soin de 25 chats?
Qui plus est, dans plusieurs villes il est interdit de les nourrir sous peine d’amende.

LE COMPORTEMENT FACE À UN CHAT ERRANT : ATTENTION !!!

Ce que vous devriez faire, c’est stériliser chaque chat que vous nourrissez. Nourrir sans stériliser est vraiment cruel. Vous voulez bien faire, mais vous savez ce qu’on dit, le chemin de l’enfer est parsemé de bonnes intentions.
Les chats vont se reproduire. Les chats vont aussi tomber malades et se blesser avec les combats liés à la reproduction. En quelques mois, vous en aurez par-dessus la tête et vous allez abandonner les chats. Vous ne serez plus capable d’en prendre soin et ils vont sûrement mourir de maladie et de famine.
Ne vous découragez pas! Il y a tellement de choses que vous pouvez faire pour les chats errants !
Nourrir s’avère difficile, mais les autres moyens que nous avons suggéré pour aider les chats sauvages ne le sont pas. Des donations au bénévolat, en passant par la stérilisation, chaque chose peut aider et ces petits chats timides auront sûrement besoin de toute l’aide que vous pouvez fournir!

Chercher son propriétaire, parlez à vos voisins pour savoir s’ils donnent à manger aux chats. Si vos voisins ou des personnes de votre quartier nourrissent les chats, cela peut causer une explosion du nombre de chats dans la zone.
Il est vrai que l’enfer est pavé de bonnes intentions, votre générosité pourrait donc bien avoir l’effet inverse et se retourner contre vous tout en provoquant une catastrophe pour vos protégés.
Tout d’abord, sachez qu’il est interdit de nourrir les chats errants sur la voie publique, vous pouvez consulter le Règlement Sanitaire Départemental de votre région, ces règlements précisent tous qu’il est interdit d’attirer les animaux sauvages aux abords des habitations et/ou de jeter de la nourriture pour attirer chats et pigeons et que ce nourrissage est souvent puni d’amende.
Ensuite, toute considération légale mise à part, si vous choisissez de nourrir des chats errants, vous devez, en même temps commencer à les faire stériliser.
L’un ne va pas sans l’autre, ce n’est pas négociable, il ne s’agit pas de vous dire « Je le ferai plus tard » car, dans ce cas, « plus tard » sera sans doute « trop tard ».
En effet, vous savez que les chats errants sont avant tout des survivants, leur existence est courte et dangereuse et la sélection naturelle fait des ravages parmi eux. Les bébés ne survivent pas tous et les adultes font rarement de vieux os.
Or, à partir du moment où vous aller offrir gîte et couvert à ces animaux, vous allez faire chuter leur taux de mortalité, c’est imparable.
Les femelles auront tôt fait de comprendre qu’elles peuvent venir mettre bas chez vous car vous êtes bienveillant, que leur petits seront en sécurité et qu’elles auront de la nourriture en abondance.
Ces chatons nés chez vous, ou près de chez vous, n’auront absolument aucun intérêt à quitter ce territoire accueillant, ils resteront donc, tout comme les adultes qui ne tarderont pas à élire définitivement domicile sur place.

Si vous nourrissez les chatsPrendre soin d’un groupe de chats errants va générer des contraintes évidentes et des obligations.
Le mieux est donc, dès que vous projetez de prendre soin d’un ou de plusieurs chats errants, vous mettre en contact avec la mairie et les associations de votre région. En effet, il est possible que ces chats soient des chats libres et non des chats errants (donc sauvageons mais suivis par une association). Si c’est le cas, vous pouvez tout simplement demander à entrer en contact avec le nourrisseur qui s’occupe d’eux afin de vous partager le travail ou de vous relayer auprès des félins.
Clairement, si vous nourrissez sans stériliser, les chats vont se multiplier dans des proportions très rapidement affolantes, vous serez très vite débordé par leur nombre et, s’il est assez facile de piéger/stériliser 5 ou 6 chats, quand ils sont 15 ou 20, la situation se complique douloureusement.
Bref, il y a de fortes probabilités pour que les voisins humains de cette colonie hors contrôle finissent par être exaspérés et demandent l’intervention de la fourrière. En fourrière, tous les chats errants seront euthanasiés car ils ne sont jamais réclamés ayant aucun propriétaire et un chat errant est un chat sauvage et qu’un chat sauvage n’est pas adoptable.

Un jour que j’expliquais cet enchainement qui mène au désastre à une nourrisseur indépendante qui se trouvait justement débordée par une colonie grandissante, elle me dit « Alors quoi ? J’aurais dû les laisser mourir de faim ? » j’ai répondu non, mais quand on se mêle d’intervenir dans la sélection naturelle, il faut le faire de façon à ce que notre intervention ne crée pas un problème encore plus grave.  A notre sens, il est moins pénible d’accepter que quelques animaux parmi les plus faibles meurent de causes naturelles plutôt que de voir des animaux en pleine santé violemment capturés et encagés pour finalement recevoir une injection létale.

Voici le règlement sanitaire départemental type qui comporte l’article suivant :

Art. 120.

– Jets de nourriture aux animaux. Protection contre les animaux errants, sauvages ou redevenus tels

Il est interdit de jeter ou déposer des graines ou nourriture en tous lieux publics pour y attirer les animaux errants, sauvages ou redevenus tels, notamment les chats ou les pigeons ; la même interdiction est applicable aux voies privées, cours ou autres parties d’un immeuble lorsque cette pratique risque de constituer une gêne pour le voisinage ou d’attirer les rongeurs.

Toutes mesures doivent être prises si la pullulation de ces animaux est susceptible de causer une nuisance ou un risque de contamination de l’homme par une maladie transmissible.

QUE FAIRE S’IL S’AGIT D’UN CHAT ERRANT BLESSÉ ?

Dans le cas particulier d’un animal trouvé blessé sur la voie publique, la prise en charge incombe encore une fois à la fourrière. Pendant ses heures d’ouverture, le service de ramassage indiqué par la mairie pourra donc récupérer l’animal. Celui-ci sera soigné par le vétérinaire attitré de la fourrière.

En dehors des heures d’ouverture de celle-ci, le numéro d’urgence indiqué par la mairie oriente vers un vétérinaire ayant signé une convention avec elle. Celui-ci pourra alors soigner et hospitaliser l’animal en attendant sa prise en charge par la fourrière.

À défaut, il est possible d’amener l’animal chez un vétérinaire proche qui n’est pas le praticien conventionné. Ce dernier vous fera signer un formulaire de dépôt avant de prendre en charge le chat blessé pour lui prodiguer les premiers soins d’urgence.

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
Visiteurs / Visitors:
Orrom Informatique - Conception Sites Web

Conception Sites Web
Orrom Informatique
Puy l'Eveque